[London] 28 Déc.[embre] [1894]
33, Tite Street,
Chelsea, S.W.

Mon cher Monet

Sans en avoir l’air je pense très souvent à vous et à Giverny et je m’accuse de ne pas vous avoir demandé de vos nouvelles depuis si longtemps par pure haine de l’orthographe. Vous me feriez un vrai plaisir en me remettant au courant de votre vie et de vos travaux. J’espère que vous êtes heureux ainsi que toute votre famille, et que la peinture l’emporte décidément sur l’horticulture. Qu’avez-vous fait depuis les Cathédrales de Rouen que j’aurais bien voulu voir?

Mes grandes tartines avancent maintenant et j’espère en terminer une partie cette hiver à la campagne. J’en ai pour plusieurs années encore. Je voudrais bien vous montrer cela car cela a été une vrai lutte.

Il fait tous les jours à Londres un beau temps couleur d’absinthe. N’y a-t-il pas moyen de vous attirer? Si vous vouliez travailler à Londres vous pourriez vous installer chez moi, quitte à venir me faire une petite visite à la campagne. Si le coeur vous en dit soyez persuadé que je serais transporté de joie.

Votre affectionné

John S. Sargent


[London] 28 December [1894]
33 Tite Street,
Chelsea, S.W.

My dear Monet

Believe it or not, but my thoughts often turn to you and to Giverny and I reproach myself for not having asked after you for such a long time, on account of my sheer hatred of spelling. I would be so pleased if you would bring me up to date on your life and your work. I hope that you and your family are happy and that painting is finally taking precedence over gardening. What have you done since the Rouen cathedral pictures, which I would very much have like to have seen?

My great screeds are progressing now and I hope to finish part of them this winter in the country. They will keep me busy for a few more years. I would very much like to show them to you because it has been a real struggle.

Every day in London there is beautiful, absinthe-coloured weather. Is not that enough to lure you here? If you wanted to work in London you could stay at my studio, unless you come and pay me a little visit in the country. If you feel so inclined, be assured that I would be thrilled.

Your affectionate

John S. Sargent


Accession Number: SC.SargentArchive.6.12

This letter is a part of The John Singer Sargent Archive.

Return to Letters