Arts Club
Hanover Square
Londres
 [1885?]

Chère Madame,

Je suis encore ici comme vous voyez. Je finirai peut-être par émigrer définitivement, tellement il me semble que j’ai plus à faire— J’ai pourtant un portrait à faire à Paris pour lequel je rentrerai dans trois semaines ou un mois.

Comment avez-vous passé l’hiver  J’espère que vous avez été bien portante et que vous avez broyé du rose et pas du noir du tout. Le diner de la gargouille a fait-il comme d’habitude ?

Je n’ai de nouvelles de personne, grace [sic] à mon habitude de ne pas écrire. Judith doit me trouver bien peu intense.

Vos pièces se jouent-elles  J’ai bien peu de choses à vous communiquer dans mon compte, excepté que j’ai beaucoup travaillé d’abord à un tableau à la compagne que je terminerai l’été prochain, puis à un portrait en deux. Je suis assez préoccupé à ce moment où mon bail moribond, de la question de rester à Paris ou de me fixer ici. A Paris depuis un an ou deux j’ai si peu de commandes, l’effet du désastre Gautreau probablement.

Je vous serais reconnaissant d’une lettre bourrée de vos nouvelles et de celles de nos amis.

Votre bien dévoué

John S. Sargent


Arts Club
Hanover Square
London
 [1885?]

Dear Madam,

I’m still here as you can see. I will probably end up emigrating definitively, so it seems to me that I have much more to do. I have a portrait yet to do in Paris for which I will return in three weeks or a month–

How did you fare this winter? I hope you were in good health and that you felt cheery and not downhearted at all. Did the dinner of the gargoyles happen as usual?

I haven’t had news from anyone, thanks to my habit of not writing. Judith must find me not very intense.

Are your pieces being performed? I have very little to tell you on my account except that I worked a lot – first on a painting in the countryside that I will finish next summer, then on a portrait or two. I am rather preoccupied at this moment, with my lease expiring, by the question of staying in Paris or establishing myself here. For a year or two in Paris, I had so few commissions, probably the effect of the Gautreau disaster.

I would be grateful for a letter bursting with your news and that of our friends.

Your very devoted

John S. Sargent


Accession Number: SC.SargentArchive.7.8

This letter is a part of The John Singer Sargent Archive.

Return to Letters